Membres | Inscription | Connexion

Grève Paris 3

Forum dédié à toutes vos questions sur l'université, forum fac, forum sur la fac, forum étudiant à la fac, forum faculté, forum orientaiton universite, questions sur les études à la fac, en licence...
Publier une réponse

Re: Grève Paris 3 / par Mégane

MessageLe 06 Avr 2009, 08:36

Chers étudiants,
Pour vous aider à garder votre calme et à réfléchir posément, sans panique ni passion, à la situation compliquée dans laquelle le blocage de l’université nous a plongés, à Paris, 3, s’ajoutant à la situation également compliquée dans laquelle nous a mis l’attitude des deux ministères, je vous transfère un message envoyé par une enseignante de l'UFRLLFL en réponse à un membre du comité de mobilisation qui avait lui-même envoyé un message très agressif à l'égard de nos instances représentatives.
Bien à vous,
Hélène Merlin-Kajman



Raison garder
Non, Jean-Michel, il n’y a pas d’un côté “eux” et de l’autre “nous”…
Nous sommes une communauté en lutte pour un objectif commun. Ne nous
trompons pas d’adversaire en jetant de l’huile sur le feu en direction de la
Présidence. C’est le ministère et le gouvernement qui par leur silence, leur
immobilisme et leur autosatisfaction sont responsables de la radicalisation
du mouvement : ils jouent la carte de la division et du pourrissement. Ne
leur laissons pas cette carte et gagnons la batille de l’opinion publique.
À part quelques journaux et quelques sites de la presse écrite, jusqu’à
présent (voir l’article de Pierre Jourde à propos du Monde) les grands
médias nationaux n’ont pas informé réellement sur le mouvement en cours
(voir (ou entendre) le silence assourdissant des journaux télévisés, toutes
chaînes confondues). Mais depuis peu, on voit apparaître des reportages sur
la question de la validation du semestre, et Valérie Pécresse est la
première à utiliser maintenant cet argument (voir sa réponse à l’Assemblée
nationale à la question écrie d’une députée socialiste interpellée par une
de nos collègues de Paris 3). Il ne s’agit pas de perdre sur ce terrain ce
que nous avons gagné — par nos deux mois de grève — sur d’autres. Car nous
n’avons pas rien obtenu, et il est temps de faire un bilan lucide.
Faisons ce bilan lucide. Le Canard enchaîné de cette semaine parle du
recul de Darcos. Un récent communiqué des présidents d’IUFM transmis par
Michel Bernard se réjouit de l’avancée sur la question de la formation des
maîtres et des conditions du concours pour l’année prochaine. Sur la
question du statut des enseignants-chercheurs, la réécriture du décret a
permis aussi un certain nombre d’avancées (notamment le paiement en heures
complémentaires et la nécessité de l’accord de l’intéressé qui seraient un
garde-fou contre les effets négatifs de la modulation). Certes, le compte
n’y est pas et notre mobilisation ne doit pas faiblir pour obtenir
l’abrogation de ces décrets, mais nous devons adapter les formes d’action
aux conditions actuelles de la lutte. Il faut en discuter librement, sans
risquer de se faire agresser et d’être considérés comme des traîtres ou des
saboteurs…
Dans cette communauté en lutte que nous formons il y a les étudiants et
les enseignants. Et les BIATOSS. Et les instances élues de l’université.
Chacun a sa légitimité et chacun représente Censier. Il n’y a pas “eux” et
“nous”. Il y a des individus également confrontés au réel et qui doivent
s’écouter pour agir ensemble. Les étudiants doivent entendre que dans les
UFR les AG d’enseignants votent encore massivement la reconduction de la
grève mais refusent tout aussi massivement le blocage, qui a été voté de
justesse à la dernière AG. Et les enseignants doivent entendre aussi ce que
signifie le blocage pour les étudiants.
Comme cela se passe dans de nombreuses facs puissamment mobilisées
(Paris 8 par exemple), il est peut-être temps d’envisager des formes
d’action plus unitaires comme la grève active avec des ateliers pour
rechercher les moyens de donner un contenu au semestre, la grève tournante
avec ou sans blocage le jour des manifestations et journées d’action (par
exemple le tour de France des obstinés…). Il faut maintenant réclamer des
états généraux de l’université et se donner les moyens d’une mobilisation
longue : il faut ancrer le mouvement dans la durée, exercer une veille
vigilante — par le biais de la syndicalisation par exemple — et être
capables de se remobiliser dans un an, dans deux ans, quand le gouvernement
reviendra à la charge pour faire passer ses projets dangereux.
Amicalement, Maryse Vassevière.

Mégane
 
IP lon92-2-81-...
 
Alerter un modérateur
Répondre
Inscrivez-vous sur le forum
 

Re: Grève Paris 3 / par On

MessageLe 06 Avr 2009, 10:31

"On n'attrape pas les mouches avec du vinaigre"

On
 
IP dan75-5-82-...
 
Alerter un modérateur
Répondre
Inscrivez-vous sur le forum
 

Re: Grève Paris 3 / par ItalP3

MessageLe 06 Avr 2009, 11:08

Bonjour Mégane,

Le dernier message de ton enseignante est assez clair. Elle ne souhaite pas faire preuve de prudence et d'esprit critique face à la Présidence, peut-être parce qu'elle craint pour son image, son poste ou autres représailles futures, ou tout simplement parce qu'elle n'nen voit pas l'utilité (ce qui s'avérerait regrettable)..

Ceci étant dit, il est un peu déplacé d'organiser une journée banalisée dans une université bloquée de fait ! C'est vraiment ne pas vouloir voir la réalité et passer outre la mobilisation étudiante et, plus généralement, outre le mouvement..

Je ne jette pas la pierre contre la Présidence, mais force est de constater qu'elle est très souvent invitée à suivre ce que le Ministère exige.. Dans le cas présent, le Ministère a demandé à plusieurs reprises, par l'intermédiaire de la ministre, d'organiser au plus vite un second semestre afin que la validation s'effectue dans des conditions plus ou moins convenables..

Le problème, c'est que le Ministère voit avant tout SES intérêts. Pour la ministre, il est important que le semestre soit validé dans les règles, afin d'éviter toute banalisation et dévalorisation des diplômes universitaires, qui pourrait remettre en question l'intégrité du Ministère..

Attention donc à ces méthodes dissimulées pour organiser un semestre dans les règles afin d'étouffer le mouvement..Car si le semestre reprend, le Ministère ne verra plus trop le mouvement, et tous nous serons donc forcés de rentrer dans les rangs..

Amicalement.

ItalP3
 
IP cro38-1-82-...
 
Alerter un modérateur
Répondre
Inscrivez-vous sur le forum
 

Re: Grève Paris 3 / par Amélie L1

MessageLe 06 Avr 2009, 14:05

J'ai été ce matin à la réunion d'information de l'ufr LEA.
Tous les élèves se sont plaint de ce blocage (je crois qu'ils n'ont pas vraiment compris le sujet de ce matin qui était comment valider le semestre..)

Les profs et l'administration l'ont bien clamé haut et très fort:

"LE SEMESTRE NE SERA JAMAIS BANALISE !"

ils projettent effectivement 7 semaines de cours mais ça reste flou. Pendant que l'un parle de ces 7 semaines, d'autres chuchotent aux élèves "mais non au pire ce sera 4 semaines... on finira fin mai, début juin" :? Alors même entre eux, ils sont incapables d'accorder leurs violons.
Ensuite ils sont resté un moment sur le fait que les élèves seront notés sur les quelques semaines de cours qui auront lieu après la levée du blocage, sachant que ceux qui ont été notés avant conservent leur notes si celles ci leur sont favorables.

S'en est suivi un débat d'étudiants indignés, les uns parce qu'ils ont été aux rares cours qui se tenaient malgré le mouvement et ne comprennent pas pourquoi ils devraient être notés au même titre que ceux qui, je cite "n'en ont rien à faire de leurs études" et qui donc ne seront là qu'aux dernières semaines de cours durant lesquels le semestre sera très réduit, alors qu'ils ont été là tout le temps eux et ont donc le programme entier. Les autres, étrangers eux, s'inquiétaient car le renouvellement de leur visa nécessitent des notes et c'est avec virulence qu'ils souhaitent rappeler ça aux partisans du blocage... Ce à quoi les profs et le président de la réunion ont répondu entre autre par un appel à venir voter la fin du blocage demain.

Enfin bref, voyez un peu l'atmosphère qui règne, les étudiants sont pour la plupart contestataires du mouvement, épuisés, paniqués et surtout en colère, mais pas contre les bonnes personnes, ils sont contre les grévistes...

Et lorsque les bloqueurs sont arrivés pour s'expliquer, on leur a refuser la parole sous prétexte qu'ils n'étaient pas en LEA, et avant même qu'ils n'aient eu le temps de trouver un des leurs appartenant à notre UFR, monsieur Lescanff avait coupé court et terminé la réunion... (Je trouve ça deg*** . Ils auraient dû avoir le droit de s'exprimer aussi.)

J'ai bien peur que ce soit le début de la fin de ce mouvement... que sa répression de l'intérieur (souhaitée par le gouvernement) fonctionne comme prévue...

J'en suis ressortie avec un mal de crane et une angoisse assez terrible. Et je pense sérieusement à changer de fac.

Amélie L1
 
IP 83-152-240-...
 
Alerter un modérateur
Répondre
Inscrivez-vous sur le forum
 

Re: Grève Paris 3 / par choufleur

MessageLe 06 Avr 2009, 14:52

Moi, j'étais ce matin à la réunion de l'ufr de LLFL et ils ont dit pareil, qu'il fallait 7 semaines min. pr faire des partiels et que donc le semestre serait rallongé, d'après la proposition du CA. çà m'inquiète un peu quand même parce que là, je pense ne pas être la seule que çà dérange de terminer en juillet...

choufleur
 
IP mor91-1-82-...
 
Alerter un modérateur
Répondre
Inscrivez-vous sur le forum
 

Publier une réponse
PrécédentSuivant

Retour vers université


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 0 invité(s)